Accéder au contenu principal

Le processus de revue par les pairs: the good, the bad and the ugly

Je me rappelle quand j'avais soumis mon premier article pour publication. À l'époque, l'utilisation de l'email et des systèmes de soumissions électroniques n'était pas encore très répandue. Il fallait donc imprimer trois copies de l'article sur papier, écrire une lettre d'accompagnement et envoyer le tout par poste à l'éditeur. Évidemment, cela prend beaucoup de temps et je n'ai reçu les rapports qu'après plusieurs mois.Étant peu expérimenté, je n'ai pas bien accepté les critiques des reviewers qui m'ont demandé de réviser l'article et ont même fait une longue liste de corrections.

Heureusement que mon directeur de thèse était là pour m'expliquer que les critiques sont positives et vont nous aider à améliorer la qualité de l'article. Je lui avais laissé les rapports dans son bureau. Plus tard, quand il les a regardé, il est venu me voir avec un large sourire, très content que les reviewers ont fait autant de remarques et ont décelé beaucoup d'erreurs dans la première version. C'est ainsi que j'ai appris à accepter les critiques et à chercher à améliorer mon travail en se basant sur les commentaires des reviewers.

Malheureusement, d'autres expériences m'ont montré qu'il y a plusieurs types de reviewers. Je vais donc faire une catégorisation des reviewers en me basant sur mon expérience personnelle. Je ne vais pas parler des cas des ruvues qui ont un processus d'évaluation faible ou inéxistant.

The good:

Les bons reviewers sont ceux qui font leur travail d'évaluation dans les règles. Le rapport rédigé par un reviewer de ce type est détaillé et pertinent, mettant en lumière les points forts et les points faibles, commentant sur le font sans négliger la forme, expliquant exactement ce qui ne va pas et suggérant des corrections possibles.

Un bon exemple de ce type de reviewer est celui que j'ai recu pour mon premier article. Le reviewer avait examiné en détail le travail. Il a commencé par relever la contribution et les originalités du travail sur un ton encourageant. En utilisant un crayon, il a vérifié toutes les formules mathématiques et a même décelé des erreurs. Il a donné des remarques sur la rédaction et a suggéré des corrections. Il a même corrigé les fautes d'orthographe et de grammaire (anglais).

The bad:

Dans la catégorie des mauvais reviewers, il y a ceux qui par faignantise, manque d'expérience ou manque de compétence, ne font qu'un travail superficiel d'évaluation en donnant des remarques générales.
Par exemple, un reviewer d'un article que j'ai soumis récemment insistait sur le fait que mon anglais n'était pas suffisamment bon et qu'il y a plusieurs erreurs de grammaire mais n'a donné aucun exemple et n'a suggéré aucune correction.
L'autre reviewer du même article insistait sur le fait que la partie bibliographique n'était pas suffisante parce que selon lui on doit citer un grand nombre d'articles (il a demandé la citation d'au moins 35 références). Il n'a pas dit quel aspect n'est pas suffisamment détaillé et n'a suggéré aucune idée pour améliorer cette partie.

The ugly:

En fait, dans cette catégorie, je mets deux types de reviewers:
- Ceux qui sont absolument négatifs ne cherchant qu'à rejeter le travail en méttant l'acent sur les points faibles et parfois même sans raison valable.

- Ceux qui sont malhonnêtes et essayent d'utiliser leur rôle de reviewers pour des fins personnelles. Un reviewer de l'un de mes articles m'avait demandé d'ajouter à la bibliographie 11 références. Bien qu'il arrive parfois que le reviewer suggère des citations et que cela soit justifié, je n'ai pas été cette fois ci convincu par les justifications du reviewer car les références en question ne sont pas en relation directe avec mon travail. De plus, le reviewer insistait bizarrement sur la nécessité d'ajouter ces références en menaçant de ne pas rendre sa décision sinon. En examinant la liste fournie par le reviewer, j'ai constaté que les articles ont tous un auteur commun. Il est donc fort probable que cet auteur n'est que le reviewer lui-même et qu'il tente d'utiliser sa position de reviewer pour m'obliger à citer ses articles et donc augemter artificiellement son h-index. Il paraît que ce reviewer a l'habitude et que cela a déjà marché pour lui. Des auteurs peu expérimentés peuvent facilement accepter le deal, ils citent les articles du reviewer et lui, il recommande la publication de leur article. J'ai examiné les citations aux articles de cette personne et j'ai constaté quelques irrégularités qui confirment mes soupçons. Cette pratique est évidemment contraire aux éthiques de publications mais quand j'ai informé l'éditeur de mes soupçons, je n'ai reçu aucune réponse. J'ai décidé de retirer l'article de ce journal et de ne pas jouer ce jeu trouble.

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comment je choisis une revue pour publier mon travail?

Le choix de la revue scientifique est important pour la publication d'articles scientifiques. Votre institution (ou laboratoire) peut se baser sur la réputation de la revue scientifique pour juger la valeur de votre publication. Certaines universités ont même leurs propres listes blanches de revues. De plus, la dissemination de vos résultats de recherche dépend aussi de la notoriété du support de publication. Certaines revues ne sont pas connues aux chercheurs et n'apparaissent presque pas dans les résultats de recherche sur internet. Votre article risque de rester enterré dans un coin sombre du web.

En ce qui me concerne, je choisis le support de publication de mes travaux en fonction des critères suivants:

D'abord, je choisis les revues des grands publishers car ils ont des plates-formes de publication sophistiquées et aussi pour la possibilité d'assurer la plus grande dissémination aux articles publiés. La plupart des bibliothèques universitaires dans le monde sont…

Le facteur d'impact et le h-index: sont-ils des critères de qualité de la recherche?

Quelques années auparavant, je m’apprêtait à soutenir ma thèse et je devait alors satisfaire quelques conditions. Entre autres, il était nécessaire de publier un article dans une revue internationale avec facteur d'impact. C'est une condition qui venait d'être imposée alors que j'étais déjà à un stade avancé. Heureusement, la revue dans laquelle ma publication est parue avait déjà de fameux chiffre. D'autres collègues ont perdu plusieurs années en attendant la publication dans une revue de ce genre.
Aujourd'hui encore, même si les conditions de soutenance ont été atténuées, le facteur d'impact reste pour beaucoup de chercheurs un critère important pour choisir la revue dans laquelle on désire publier et aussi pour l'évaluation de la recherche. Il existe aussi d'autres mesures qui sont basées sur le même principe que le facteur d'impact. Par exemple, le h-index.
Est-ce que le facteur d'impact d'une revue scientifique est un gage de sa qu…

Conseils pour éviter les conférences de mauvaise qualité

Dans ma modeste carrière de chercheur, j'était amené à participer à des conférences pour la dissémination de ma recherche, bénéficier d'une discussion constructive et des remarques pertinentes de la part d'autres chercheurs dans le domaine et éventuellement tisser de nouvelles relations et initier de nouvelles collaborations.
Au début de ma carrière, étant peu expérimenté, j'ai participer à des conférences qui ne m'ont pas permit de réaliser mes objectifs.
Au départ, j'ai reçu un email non sollicité qui m'invite à participer à une conférence en Mathématiques à Athènes en Grèce. Aujourd'hui, j'aurais considéré l'email comme spam et je l'aurais simplement effacé en bloquant l’expéditeur.
Je me suis rendu sur le site de la conférence et après avoir examiner brièvement les informations concernant le comité de lecture, les thèmes de la conférence, j'ai décidé de soumettre un résumé qui a été accepté quelques jours plus tard.
La conférence ét…